Le média métropolitain de Bordeaux et sa région

Gironde
Global agenda concerts
L'Art du silence II  Bref. Choisissons le silence !

L’Art du silence II  Bref. Choisissons le silence !

108669764211 LArt du silence II  Bref. Choisissons le silence !

Photo extraite du film Big Fish de Tim Burton

Cela fait plusieurs mois que j’ai entamé une réflexion sur le silence. Parce qu’il devrait être davantage valorisé, ce silence qui permet de s’entendre penser. Parce que tant, trop parlent et feraient mieux de se taire !!! Mais comment le leur dire ? La solution se passe de mots… et le silence s’installe, parfait; recouvrant la banalité d’une chape de surdité. Et si l’on devenait sourd ? Sourd au trop plein pour réapprendre à écouter le singulier.

Prendre le temps d’écouter suppose aussi prendre le temps de voir, véritablement, ce qui me fait face : un silence qui m’intrigue : « Voir un visage revient à dire en silence son énigme invisible » nous dit le philosophe contemporain Jean-Luc Marion.

Savoir se passer des mots pour raconter. Car on s’exprime aussi par les gestes, les tics et tocs, les mimiques et les manies. Les mots n’ont pas le monopole du sens. Ce geste qui revient dans A bout de souffle, Jean Pierre Belmondo et son doigt sur les lèvres, qui photographie le réel de peur qu’il ne s’échappe.

Prendre le temps d’écouter, c’est aussi savoir sentir, goûter, toucher avant de parler. Appréhender le réel autrement que par la parole, c’est à dire le saisir sans fard et sans politesse, dans ce qu’il a de brut et de vrai. L’entendre tel qu’il est, imperturbable et agressif.

Comment sentir juste lorsqu’on ne saisit pas le réel qui nous entoure ?

Se taire comme une étape incontournable pour comprendre. Comment pourrait-on espérer discerner quelque chose sans faire preuve d’humilité en se taisant, en contemplant, en accueillant…

Et mieux, se taire et s’habituer au silence, jusqu’à ne plus pouvoir s’en passer.

Le choix du silence n’est pas seulement valable pour nos quotidiens bruyants, il peut être une réponse idéologique. Gandhi faisait des marches silencieuses pour exprimer sa révolte, le revendiquer est une forme de résistance. En effet, « Tant de choses ne valent pas d’être dites» nous dit Montherlant : choisissons donc de ne pas les dire.

La question n ‘est pas tant de savoir si le silence est efficace pour faire bouger les choses, même si les manifestations silencieuses diffusent une forte tenacité dans l’intériorité qu’elles supposent. Ainsi le silence peut être un moyen plus ferme de se faire entendre, en tant qu’abstention délibérée et volontaire de parole. »La liberté, c’est le droit au silence » était affiché sur le mur d’une université (Censier) en mai 68. Laisser le sens apparaître plutôt que de chercher à le calquer obstinément sur des idées qui s’apparentent la plupart du temps à des préjugés qu’on ignore. Et par ce choix que je fais, je me présente comme indépendant et autonome, libre d’être celui que je suis. Choisir qui je suis en choisissant de me taire.

S’affirmer en silence ainsi, c’est affirmer la dignité d’être humain dans un monde que l’on ne comprendra jamais tout à fait.

Ici, pour continuer à réfléchir, un exemple de cercle de silence qui s’est tenu à Bordeaux.

4 commentaires
  1. goupixg6

    Tentons de clarifier le débat si vous le voulez bien, je propose ici de répondre à plusieurs interrogations énumérées ci-dessus, ici d’un point de vue mystique, puisque c’est de cela dont il est question, finalement.

    Comment dire aux gens de se taire? Deux solutions, peut-être trois. Normalement, si nous sommes intelligents, nous savons nous taire lorsque le moment l’exige. Certes mais cependant. La première est d’user de l’argument d’autorité. La seconde est d’user de Science, et de prodiguer a son tour la science pour gagner le silence. Ceci est le motif de la Raison bonne, -contrairement à la Raison partielle qui donne l’opinion ou le malin génie qui donne l’erreur, et desquelles il nous faut être conscients. En somme, en appeler à notre Bon Sens et connaitre la faiblesse des 5 autres sens, qui sont, eux, faillibles.

    Pour ce qui est de l’énigme du visage, il est clair que nous touchons ici à l’esthétique et qu’aucune proposition de vérité ne saurait émaner de cela, ce qui recoupe cette pensée selon laquelle l’inexprimable se montre. La mystique et l’énigme commenceraient-elles dès qu’autrui est en face? Absolument, puisque le psyche est d’une nature trop puissante et d’un age immense (ou du moins lui a t-on conféré cette propriété). Aussi écoutons le se demystifier de lui-même.

    Et pourtant tout ferait sens, pas seulements les mots -audio-, mais aussi les gestes, le toucher, etc. Et l’étymologie ne peut vous contredire ici. Nous avons aussi sur-développé le sens visuel et occulté les autres qui nous semblaient trop -animaux-(sic), pour créer nos idées. C’est dingo mais l’Esprit l’a requis dans sa longue marche.

    Le silence peut-il faire bouger les choses? Je ne pense pas, tout comme la parole seule ne saurait que faire bouger un peu d’air…par contre se placer en cercle peut faire bouger les choses (une voiture voulant passer devrait contourner le cercle de personnes et ‘bougera’).

    Dernièr point car le temps c’est de l’argent, peut-on s’affirmer dans la dignité totale du silence? Cela me semble bien être le message du christ (se taire pour mieux parler ensuite). S’affirmer en dialoguant et en émettant du son avec sa bouche était le message de Socrate (parler pour mieux se taire ensuite). Dans un cas on devient proche du Dieu (et pourtant Jésus himself se sentant abandonné, vociféra vers le céleste Père) et dans l’autre proche de Sophia (et pourtant Socrate himself réclama le silence) Dans les deux cas il n’y a que différence de moyens, la fin étant une gnose ou le savoir, en tout cas une connaissance rassurante appelant au calme, pour soi comme pour les autres.

    « Lorsqu’on m’a demandé mon avis, on m’a regardé comme un fou, et lorsque j’ai préféré me taire, on m’a considéré comme un débile. Alors j’ai chanté. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *