Le média métropolitain de Bordeaux et sa région

Global agenda concerts
Au fil des Rêves de Venise…

Au fil des Rêves de Venise…

Rêves d’images et de symboles, mosaïque de sang et d’or, Venise a posé son décor jusqu’au 21 juillet au Château Labottière, à Bordeaux. Une exposition pensée comme un voyage au rythme des visions d’artistes.

labottiere 1024x768 Au fil des Rêves de Venise…

Invitation au voyage…

2bf55ee8a44b11e2b20722000a1f97fa 7 150x150 Au fil des Rêves de Venise…Qui n’a pas encore vu l’imposant affichage de JR sur la façade du Château Labottière ? Pour lui, “ce qui compte, ce n’est pas l’image, c’est ce qu’on en fait”. Ici, avec « Les Apprêts pour Tivoli », il semble lancer un message, en nous conviant directement aux fêtes qui devaient régner jadis dans la demeure (non sans rappeler les frasques du carnaval vénitien)… Au-delà, en apposant une image au bâtiment, l’artiste adresse aussi un clin d’œil aux propriétaires des lieux (une famille d’imprimeurs). Quand le support papier joue avec l’histoire du domaine, non sans introduire l’imaginaire de Venise… tout nous pousse alors à l’évasion !

Anne 231x300 Au fil des Rêves de Venise…Dès notre arrivée la grande gondole verticale de Laurent Valéra nous interpelle. Elle apparaît comme un signal fort, un campanile contemporain dans le parc du château du 18ème siècle qui n’est en fait qu’une simple barque pouvant être totalement immergée au gré des crues de la célèbre lagune. Cette gondole, symbolique et paradoxale, semble être un bon moyen de découvrir les rêves de Venise ! Fixons alors la boule d’acier doré de James Les Byars qui fait allusion aux points de repère utilisés par les marins et commençons notre périple.

Chantier d’utopie artistique :
de biennale en biennale

Si la ville fut longtemps connue pour sa force maritime, son arsenal sert aujourd’hui de théâtre à l’une des plus importantes manifestations d’art contemporain : la Biennale de Venise.  L’exposition s’applique à nous faire revivre cette ambiance, en rassemblant de nombreuses cartes postales françaises de ce rendez-vous artistique. Parmi elles, un souvenir de 2013 : « le noeud » de Jean-Michel Ofner qui par son jeu de reflets et de couleurs permet l’union du sublime et de la spiritualité.

DSC 0110 300x199 Au fil des Rêves de Venise…

Ou encore cette lettre de rupture, tant personnelle qu’universelle, que Sophie Calle nous lance en 2007 : « Prenez soin de vous » chanté par Nathalie Dessay. Mais au fond, comment faire durer l’amour (et la vie) éternellement ? Dans son film, Camille Henrot, qui représentera la France à la prochaine Biennale, s’interroge en mêlant les cheveux de son compagnon à un air classique, joli clin d’oeil à l’Italie de Vivaldi.

Paysage urbain : destination touristique

a59b7060a44711e2910822000a1f92c2 7 300x300 Au fil des Rêves de Venise…C’est le théâtre de l’amour et celui de la fête mais pas que ! Avec plus de 20 millions de touristes chaque année, Venise est devenue l’un des endroits les plus prisés pour les vacances. Une destination qui fascine. A l’image de petites figurines qui envahissent la ville, leur présence n’a pas échappé au photographe Martin Parr qui aime scruter ses contemporains en évoquant comme toujours ses thèmes de prédilections, à savoir : la société de consommation, le tourisme de masse, la mode, la publicité…

Ces touristes se retrouvent souvent sur la Place St Marc, où règnent la couleur (à l’image des tubes fluos de Guy Limone), le contraste et l’éclectisme comme en témoigne d’ailleurs l’affiche de l’exposition signée Massimo Vitali.

 Toutefois, entre l’horizontalité des quartiers et la verticalité des campaniles, ce paysage urbain est marqué par quelques dualités. Et si l’archipel de Venise avait aussi sa part d’ombre ? Loin de la place St Marc on peut alors croiser « Poveglia » (modélisée par Sébastien Vonier), une île maudite au passé peu enviable, utilisée jadis pour isoler des milliers de victimes de la peste. Le temps semble s’être arrêté sur cette île aux esclaves,  sur ce terrain vague palpable, qui porte et incarne de fait une toute autre Venise.

République contrastée : entre élite et chose publique

52ffb540ae8911e2931a22000aaa0ff5 7 300x300 Au fil des Rêves de Venise…En suivant le principe de  l’exception culturelle,  nous pouvons considérer que « l’Etat de Venise » est souverain de sa culture :  un bien que la ville souhaite protéger mais aussi soutenir et promouvoir. Une chose publique que les artistes entendent, quant à eux, détourner plutôt que de l’associer à une certaine élite. Il s’agit ici de ne pas voir la culture comme un luxe, mais plutôt comme une nécessité.
De fait, dans sa vision du « Grand soir » (projet pour la biennale de 2009), à travers un luxe baroque en néon, Claude Lévêque travaille sur le motif à la manière des artistes du passé tout en s’inspirant de ce que produit le monde d’aujourd’hui. Il semble s’interroger : Et si la cité n’était pas adaptée à ce que nous vivons, et si nous nous sentions différents ?
Voilà que cette même réflexion invite Agnès Varda  à prendre la 383056 349576798496098 2071397629 n 300x300 Au fil des Rêves de Venise…pose devant une peinture de Giovanni Bellini,  pour immortaliser un groupe de dignitaires vénitiens dont elle fera désormais partie. Alors que Braco Dimitrijevic propose au visiteur de devenir acteur de l’oeuvre de Léonard de Vinci, Maurizio Cattalan  va beaucoup plus loin. En 2011, prêt à tout pour bousculer les esprits, il n’hésite pas à inviter le gratin de l’art dans une décharge à Palerme pour y retrouver la reproduction grandeur nature de l’enseigne d’Hollywood. Quand Venise permet les rêves contemporains, la République s’en trouve contrastée, tandis que son or et ses symboles sont parfois désacralisés ! Qu’on se rassure Venise entretient toujours un rapport ténu avec le sacré, la religion et le divin.

76943150ae8611e2a49722000aaa05c4 7 300x300 Au fil des Rêves de Venise…

En terre sainte, paradis des icônes :

Levons les yeux  au ciel pour apercevoir « les Anges – Angali » de Jean-François Rauzier, un montage photographique qui n’est pas sans rappeler  les sculptures de Tiepolo ; une manière subtile de nous inviter à partager un moment de grâce. Dans un coin d’alcôve on s’incline devant une statue à l’effigie de Katarina Fritsch, qui emprunte pour l’occasion les traits de St Catherine. Quand soudain, un chandelier se met à clignoter des mots d’amour. Au delà de toute vénération, voilà que la religion devient moteur d’affection, d’émotion et de séduction. La terre sainte de Cerith Wyn Evans semble s’éloigner du dogme pour s’emparer de sentiments plus universels.

Plus loin,  les icônes deviennent aussi plus bling-bling… En effet, Takashi Murakami nous offre un Christ à son image, reprenant des accents pop et les codes de la culture urbaine…

Ville d’or, règne de vertiges ; folies, harmonies

Perdu de rêves en rêves, on se demande désormais où est passée Venise ? Sans doute noyée entre nos désirs, nos envies et sa douce réalité. image28 758x1024 222x300 Au fil des Rêves de Venise…Et si chacun s’en faisait finalement sa propre image, celle d’une ville aux multiples fortunes – parfois dorée, parfois sacralisée – ?

L’enjeu de cette exposition n’est-il pas finalement de transmettre et de partager nos rêves de Venise, concevoir la ville comme un festin, une étendue de richesses à partager. Ainsi dans la dernière salle, non loin de notre vie locale, Felix Gonzales Tores souhaite nous inviter à un dernier repas. Une expérience particulière, un acte participatif où se mêlent l’art, le mangé, le touché; au fond, des éléments essentiels pour ressentir autre chose. Un partage global, un désir de voyage, une envie de suivre le canal, de croiser des gondoles, d’observer de hautes façades, de 593c650ca45711e299ae22000a1f9c95 7 300x300 Au fil des Rêves de Venise…suivre « une suite vénitienne » (flashée ici par Denis Robert)…

Et pourquoi ne pas  raconter d’autres rêves,
votre rencontre avec Venise  ?

 * Merci aux "femmes - photographes" : 
Nathalie Beaujardin, Isabelle Camus, Annabelle Denis et  Anne Quimbre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *